Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
rosi.over-blog.com.over-blog.com

recueil de poèmes sur mes états d'âme

Comme une mère aime son fils...

Publié le 9 Juillet 2017 par Lourenço Pereira Rosa Maria

 

J'avoue, j'ai passé des nuits blanches,

Des journées parfois, très mouvementées.

Je voulais parfois que tu débranches,

Ce câble à durée illimitée !

 

Je t'ai toujours trouvé très différent,

Comme ouvert sur un autre monde.

Mais aujourd'hui, je crois que je comprends,

Que ton âme, est bien plus féconde.

 

Tu as toujours été plus adulte,

A l'écoute de ce qui t'entoure.

Et aujourd'hui, ce qui en résulte,

C’est du courage, de la bravoure !

 

Tu as voulu sortir du système,

Un engrenage insatisfaisant.

Comme une cerise sur la crème,

Tu nous a tous bluffé, digne d'un géant !

 

J'en ai pleuré des nuits entières,

Parce qu'une mère, c'est fait pour ça...

Dans tes bras, sans plus de manière,

Tu m'as dit, ce que j'espérais tout bas...

 

Je t'ai avoué ma confiance,

Parce que je savais, qui tu étais.

Tu nous as prouvé avec brillance,

Que cet enfant, était plus que parfait !

 

J'avoue, j'en ai passé des nuits blanches,

Mais aujourd'hui, j'en garde un regret...

C'est qu'avant, tu tenais sur mes hanches,

Et que je ne ferais plus tes lacets...

 

Tu as mis tes habits de Dimanche,

Finalement, ils te vont si bien...

C'est pour toi, une belle revanche,

C'est fini, tu n'es plus un lycéen !!

 

Être avocat, tu en est capable,

Tu as su relever tant de défis.

Moi, je vais mettre carte sur table,

Je t'offre mon cœur, mon amour aussi...

 

Je suis si fière de toi, mon fils,

Même si tu ne l'as pas toujours cru.

Quelle note, me mettras-tu sur dix ?

Un cinq, un six, peut-être un peu plus.. ?

 

Je t'ai toujours trouvé très différent,

Et cela m'a causé tant de soucis...

Tant de peurs, pour ce monde de géants,

Qui nous mange avec tant de mépris.

 

Tu deviendras, ce grand homme de loi,

Parce que ton cœur, est juste et bon...

Ouvert sur les autres et non sur toi,

Un exemple de ta dévotion...

 

 

...

Tu as été grand, dès tout petit déjà,

Aujourd'hui, tu sais qui tu es

et moi aussi...

Mais ce que je sais surtout,

c'est que mon amour pour toi,

a été et sera à toujours éternel...

 

Je t'aime mon fils

 

 

 

 

 

 

commentaires

La fonte des banques!

Publié le 6 Juillet 2017 par Lourenço Pereira Rosa Maria

 

Lamba ça drisse,

Hisse la vergue.

En voile lisse,

Vers les iceberg !!

 

Royal navigue,

Car cego lene.

Lissant la brigue,

Sans plus de gêne !

 

Paul perd le Nord,

Sur la banquise.

Si le froid, le mord,

Qu'il s'en avise !

 

Royaliste ment

Se moquant de nous.

Le réchauffement,

Tu crois qu'elle s'en fout ?

 

Dressant la liste,

Au gouvernement !

Avant-gardiste,

De l'endettement !

 

La banquise fond,

Et nos sous, avec !

Tant qu'on peut, on pond,

Tant qu'on est pas sec !

 

L' Ambassadrice,

Hisse les voiles.

La glace glisse,

Sous les étoiles.

 

Elle recule,

Sans Ségolène.

Qui nous simule,

Nous exogène !

 

Encore un emploi,

Plein de fiction.

Pour Royale et quoi ?

La belle a dit sciions !

 

 

commentaires

Aïe!!!

Publié le 1 Juillet 2017 par Lourenço Pereira Rosa Maria

 

Aïe, aïe, aïe, comme je pique,

Même si ça ne se voit pas !

On connaît tous la musique,

De moi, on ne se lasse pas !

 

Sous mes allures platine,

On me reluque, on m'aime.

En sauté, on me cuisine,

Sur des plats, on me parsème !

 

On me beurre, on me persille,

On me fourre un peu partout !

Pour plaire à vos papilles,

Je m'écrase, je me résous!

 

Aïe, aïe, aïe, comme je pique,

Sous ma robe, couleur rosée.

Ou sous mon blanc acrylique,

Que vous avez décacheté !

 

Entre vous et moi, un parfum,

Juste une histoire d'amour.

J'aiderais votre cæcum,

Arrosé d'huile et d'humour !

 

Pour vous plaire, je suis à nu,

Je me dévoile doucement !

On me cuisine, même cru,

Ou même, en médicament !

 

Ail, ail, ail, comme je pique,

Je crois que vous l'avez compris !

Mais qui s'y frotte s'y pique,

Être de l'Ail, n'a pas de prix !!!

 

 

commentaires

Maux de rose

Publié le 23 Juin 2017 par Lourenço Pereira Rosa Maria

 

Je t'ai laissé cette rose,

Comme un ultime cadeau...

Elle est juste éclose,

Il n'y a rien de plus beau...

 

Je la voulais éternelle,

Rose, aux lignes épurées...

Regarde, elle est si belle,

Posée sur cette voix ferrée...

 

Je t'ai laissé cette rose,

Comme un signe d'adieu...

Sur ce rail, je la dépose,

En un élan silencieux...

 

Écoutes la, respire là,

Elle aurait tant à te dire...

Pour tout ce que je n'osais pas,

Qui aurait pu me suffire...

 

Je t'ai laissé cette rose,

Mieux, qu'une dernière lettre...

Je voudrais que tu l'arroses,

Sur notre belle fenêtre...

 

C'est un départ, un dernier train,

Une histoire, un voyage...

Cette rose, sans lendemain,

Sera la fin de mon âge...

 

Je t'ai laissé cette rose,

Pour que tu ne m'oublies jamais...

Et si tu deviens morose,

Saches, combien je t'aimais...

 

Il est des douleurs trop lourdes,

Que le silence met à mort...

Quand la vie devient sourde,

On lui prouve alors qu'elle a tord...

 

commentaires

Bonne fête Papa

Publié le 18 Juin 2017 par Lourenço Pereira Rosa Maria

 

Je pense à toi depuis hier déjà,

Et je me dis ; que le temps passe vite.

Quand tu t'es décidé à partir là-bas,

Tout seul, qui sait, pour prendre la fuite ?

 

Moi, je pense que c'était pour ton bien,

Parce que tu connaissais la suite...

Revoir ton Espagne chérie, les tiens,

Et fuir cette maladie, maudite.

 

Je ne suis pas triste, au contraire,

Je me dis, que tu avais bien raison.

Si c'était une étape à refaire,

Je t'aurais donné, ma même vision.

 

On ne devrait jamais rendre les armes,

Se dire, que tout est perdu d'avance.

Qu'on a le temps de verser une larme,

Mais qu'être vivant, crée de l'espérance.

 

Tu me manques tant, comme tu m'a manqué,

En ce jour de fête, si particulier.

A ton retour, cette chute compliquée,

Le moment venu, de te résilier...

 

As tu pensé à eux, à nous, à toi,

Ou te tardait-il de t'envoler là-haut ?

Jusqu'au bout, as-tu gardé toute ta foi,

Est-ce que tes souvenirs, t'ont tenu chaud ?

 

Je pense à toi depuis hier déjà,

Mais c'est aujourd'hui, la fêtes des Pères.

Je ne pleure pas, je sais que tu es là,

Tu étais et tu resteras mon Père.

 

Bonne fête à toi mon Papa chéri,

J'espère que de là-haut, tu peux me voir.

Je suis peut-être triste, mais je souris,

Ce n'est pas la fin, de notre histoire...

 

C'est juste un entracte, un passage,

Une coupure entre deux chapitres.

Le temps pour moi, de feuilleter ma page,

Et pour toi, de la lire en sous-titre...

 

Je t'aimerais, je t'aime, je t'ai toujours aimé...

Tu es dans mon cœur, mon souvenir gravé...

 

commentaires

L'Afrique des géants

Publié le 3 Juin 2017 par Lourenço Pereira Rosa Maria

Il est de ces instants précieux,

Où la nature nous envoûte.

Des moments calmes et gracieux,

Sur ce silence qui s'écoute...

 

C'est la magie de la savane,

Avec ce regard juste présent.

Cet éléphant qui se pavane,

Comme pour dire...je suis présent !

 

Je vous attends, veuillez me suivre,

J'ai tout mon temps, rien que pour vous.

Quand vous me peindrez sur vos livres,

Avec passion, m'écrirez-vous ?

 

Je vous en serais reconnaissant,

Pour mon paradis et mes frères.

Sur mon royaume aux éléphants,

Identités de cette terre.

 

commentaires

Papa...

Publié le 28 Mai 2017 par Lourenço Pereira Rosa Maria

Papa,

 

il serait pour moi inconcevable de ne pas t'adresser ces quelques mots, car nous t'avons soutenu depuis ta maladie, et portés jusqu'au bout de ta délivrance.

Je ne pouvais pas te laisser là, au seuil de cette église sans une dernière fois te rendre hommage à ma manière.

 

Aussi loin que je m'en souvienne, si aujourd'hui j'aime la nature, le jardin, c'est grâce à toi. Et si aujourd'hui j'ai autant de joie de vivre, c'est aussi à toi que je le dois, car jusqu'au bout, tu nous a montré ton sourire et l'envie que tu avais de croire en la vie.

 

Tu as été un père merveilleux pour nous tous, et je peux l'avouer, tu a été et tu restera à tout jamais dans mon cœur, un exemple de vie, de joie et de courage.

 

J'ai été heureuse de t'avoir accompagné ce dernier petit bout de chemin, car tu l'aurais forcément fait pour mes frères et pour moi.

Nous ne pouvions que te rendre la pareille.

 

Ça a été un honneur pour moi de passer cette semaine auprès de toi, d'écouter tes Sevillanas préférées, et de rire ensemble sur Cantinflas !

Il était aussi de mon devoir, de pouvoir le moment venu, t'aider à accepter la finalité à tes souffrances, de t'aider à te résigner et à nous laisser poursuivre ce chemin sans toi,en sachant combien on t'aimait tous et combien nous étions fier de toi !

 

Papa, aujourd'hui, tu peux partir en Paix, parce que tu l'as amplement mérité ta place au paradis, et tu peux être certain que les musiques et passions que nous avons toujours partagés, continueront d'exister dans mon cœur.

 

Aujourd'hui, tu es là dans ce cercueil, mais moi, je sais que tu es surtout là, près de moi en ce moment, et près de nous tous, et que tu serais heureux de nous voir sourire et non pleurer, car c'est ça que tu nous a montré toute ta vie.

 

Nous t'aimons tous Papa, car tu étais et tu resteras pour toujours un grand homme et si je porte du rouge, c'est pour te rendre cet hommage, car le rouge, c'est ta passion pour la corrida, que tu adorais, le rouge du drapeau Espagnol,la couleur de la vie et surtout la couleur de l'amour, tout ce qui te représente.

 

Aujourd'hui, papa, je porterais du rouge, et ce sera notre petit clin d'oeil à tous les deux. Je serais avec Maman aujourd'hui, en ce jour des fêtes des Mères, et on se comprendra sur tes dernières volontés.... je t'aime Papa

commentaires

Différent?

Publié le 22 Mai 2017 par Lourenço Pereira Rosa Maria

 

 

 

Tu m'a dit que tu étais différent, que tu n'étais vraiment pas comme les autres.

Moi je suis heureuse que tu m’ait parlé de ta différence, parce que la différence, c'est quoi au fond ?

Depuis des années, le monde rejette la différence...

La différence de couleur de peau, de religion, d' handicap, de sexe, d'idée... mais qu'est-ce qui fait de nous des gens différents ?

 

Est-ce que nous ne sommes pas tous différents aux yeux des autres ? Qu'est-ce qui fait peur ? Pourquoi ? Doit-on obéir à des codes imposés par la vie ? Est-on tous obligés d'être comme à l'image d'un être parfait, avec une vie parfaite et une ligne de conduite parfaite ?

C'est quoi la perfection au juste ?

 

Moi, je pense que la différence n'existe pas, quelle que soit notre religion, notre culture, notre mode de vie, notre vie sexuelle...

La seule chose qui réunit l'être humain, quel que soit le cas ci-dessus, c'est l'amour.

 

L'amour dans le monde entier, c'est le moteur de la vie. Celui que l'on cherche dès la naissance, dès le premier regard d'une mère et d'un père.

 

En fait, la seule différence que l'on peut trouver dans une vie, c'est la manière dont on se sent aimé, dont on a été aimé et dont on aime.

 

C'est cette différence qui fait de nous des êtres différents, mais au fond, malgré tout, n'était-ce pas notre point commun à tous ?

 

La vie veut qu'un homme et une femme soient fait pour être ensemble afin de continuer à procréer pour faire perdurer l'espèce.

C' est un code établi et défini par la religion des hommes.

 

Mais parfois il arrive que nous n'ayons pas tous en nous, ce code et qu'une autre alternative se propose.

On appelle cela l'homosexualité.

Dans l'espèce animale, cela existe aussi.

 

Est-ce pour autant que l'on doit se sentir différents ? Parce que le sexe opposé ne nous attire pas ? Est-on vraiment obligé d'aimer une personne du sexe opposé ? Cela fait-il de nous des être à part, des criminels ? Des monstres ?

Que cherche t-on avant tout dans une relation, n'était-ce pas l'amour, le besoin de se sentir aimé, apprécié ?

Je pense depuis quelques années, que tout est bien plus complexe que cela...

 

Je pense avant tout et je peux me tromper bien entendu, car tout cela n'est que ma propre opinion, que la relation entre un homme et une femme, dépend d'une seule et unique chose. L'amour vrai, celui qui fait que lorsque nous aurons des enfants, nous devrons leur donner ou leur montrer cette valeur fondamentale qu'est l'amour et le respect de l'autre quel que soit sa religion, sa couleur de peau, son avenir sexuel.

 

Je pense que l'équilibre d'un jeune enfant se construit au travers de ses deux parents ou de son environnement.

Si dès sa naissance, un enfant perd un équilibre respectueux envers l'autre, ou envers lui-même, un manque d'amour, de reconnaissance, de respect ou d'estime de soi, cet enfant va perdre un certain équilibre émotionnel qui fera de lui un adulte mal dans sa peau, colérique, timide, introverti...

C'est tout ce passage d'émotion qui fait notre seule différence.

J'ai eu la chance d'avoir des parents respectueux de cet équilibre émotionnel, d'avoir également la même chance dans ma famille, mes proches ou amis.

 

Mais cela n'est pas le cas pour nombres d'enfants...

 

La vie de couple est sans cesse mise à l'épreuve par notre mode de vie, de travail, de stress, et l'enfant paie souvent le prix de toutes nos erreurs.

 

Si notre équilibre émotionnel d'adulte peut être différent, c'est parce qu'à un moment donné, nombres d'enfants se sont sentis rejetés par un membre de la famille, un parent ou même un ami.

Certains enfants ont été abandonnés à la naissance, ou plus tard, ont été violé, battus, tyrannisés, ont été témoins d'un échec sentimental au sein de la vie de leur parents...d'amis qui les ont maltraités...

 

Tout cela peut avoir des conséquences pour l'enfant, qui perd le repère de ce que le mot, amour ou respect veut dire.

 

Que cherche un enfant avant tout ? Que cherche l'humain, l'adulte ? Ne cherche t-il pas ce qu'il a eu le sentiment de perdre à un moment donné de sa vie ? L'amour et le respect de l'autre et surtout de lui-même ?

 

En fait, nous cherchons tous l'amour quel que soit notre sexe parce que l'amour, c'est ce sentiment, cette faille qui fait de nous des êtres fragiles, cette quête du Graal, ce que tout le monde est en droit de mériter...

 

 

 

Moi je ne trouve pas que tu sois différent car au fond, tu es semblable à tant d'entre nous, tu as cette fragilité, cette tristesse, cette colère, ce manque d'amour, de reconnaissance, d'amitié, en fait tu es semblable à nous tous...

 

Tu cherches l'amour, la reconnaissance, une personne qui te rassure, à laquelle tu peux te confier, une personne qui ne se moquera pas de toi, qui ne t'insultera pas, qui ne te trahira pas, mais surtout une personne qui éloigne tes démons, ceux qui remontent à un moment donné de ton enfance...

Parce que l'enfance et ce que l'on en perçoit, ou ce dont on se rappelle, est notre pire ennemi...

 

Je pense qu'avouer les fêlures de son passé, permet déjà d'ouvrir une porte vers sa reconstruction émotionnelle, encore faut-il ne pas s'en abreuver à long terme, si l'on ne veut pas se voir enfermer dans un cercle de crainte dont on ne pourra jamais s'en sortir.

 

Tu m'a avoué ton sentiment de différence et pour cela, je te trouve unique, et courageux, parce que tout le monde ne sait pas le faire et l'assumer comme tu l'as fait.

Mais je ne suis pas d'accord avec le fait que tu dises que tu es différent de tout le monde.

Bien au contraire...

Car si on gratte tous au fond de notre passé, pour beaucoup d'entre nous, il y a eu à un moment donné de notre enfance, une fêlure dans notre équilibre émotionnel.

Reste ce jeune homme sensible que tu es, et laisse le temps au temps, car lui seul te permettra à un moment donné de ta vie d'adulte d'assumer tes propres choix, et ce que tu as envie d'en faire.

 

...

Je pense que si Franco, Mussolini, Hitler ou tous les fanatiques religieux, avaient eu à un moment donné un équilibre émotionnel stable, dès leur enfance, peut-être n'y aurait t- il pas eu autant de crimes, autant de haine.

Je pense aussi, que s'ils avaient été homosexuels, peut-être n'auraient-ils jamais été ceux qu'ils ont été...

Je pense surtout que si l'humain avait plus de respect, ou d'amour pour l'autre quel qu'il soit, le monde serait meilleur, et nous aurions tous, avec nos ressemblances fait tout la différence …

 

Rosi

 

 

 

 

commentaires

cravate

Publié le 12 Mai 2017 par Angelilie

Cet article est reposté depuis Voyage Onirique.

commentaires

Romantica

Publié le 26 Avril 2017 par Lourenço Pereira Rosa Maria

 

 

Et si l'amour était une histoire,

Faite de poésie et sentiments ?

Si le temps n'était qu'un accessoire,

Comme un fil qui nous unit savamment ?

 

Aurions-nous le temps de nous aimer,

Pour profiter des couleurs de la vie ?

Laisserions-nous nos corps s'exprimer,

Avec patience et harmonie ?

 

Du bleu azur au rouge passion,

La vie nous offre ses plus beaux pastels.

Nos sens, ne sont-t-ils que l'expression,

D'un accord entre terre et ciel ?

 

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>