Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rosi.over-blog.com.over-blog.com

recueil de poèmes sur mes états d'âme

Similitudes

Publié le 21 Février 2016 par Lourenço Pereira Rosa Maria

Hier je circulais sur une ville de la région Bordelaise.

J'arrivais près d'un feu rouge, avec une banque sur la droite et un marchand de fruits et légumes sur la gauche. J’aperçois un homme à quelques mètres traverser la route et se diriger vers la gauche sans trop y prêter d'attention.

Puis quasiment arrivée au feu vert, une petite voiture essaie de descendre le trottoir, alors fair-play, je la laisse passer. Un couple attend le moment pour passer et moi j'attends que la voiture veuille bien avancer, chose qui ne se produit pas. Derrière moi, un petit groupe de jeune en voiture s'impatiente et klaxonne, et moi je regarde ce couple qui me fait comprendre qu'il n'y a personne au volant de cette petite voiture. Le problème est que je ne peux pas passer, car je n'ai pas assez d'espace pour me glisser sur le côté gauche à cause de plots de chantier de travaux sur la dite voie.

Derrière, les jeunes continuent à klaxonner bêtement, et moi je recule un peu pour me glisser sur le côté droit afin de me garer correctement.

Car j'ai compris que cet homme qui avait traversé la route, était le propriétaire de cette petite voiture qui gênait tout le monde.

Je me suis dirigée en courant vers le primeur, et j'ai essayé de voir la personne qui correspondait le mieux à celle que j'avais aperçu au loin. Je demande à un homme qui me répond négativement, puis je me concentre et là je vois la personne qui me semble être la bonne.

Je lui demande s'il est bien le propriétaire d'une petite voiture bleue garée de l'autre côté du trottoir, et il me répond positivement. Alors je lui dit rapidement que sa voiture a avancé toute seule et s'est déportée sur la route gênant tout le monde.

Il me remercie et file droit vers sa voiture et moi je repars vers la mienne, et j'entends effarée la file de voitures qui klaxonne stupidement sans essayer de comprendre ce qui se passe, ou pourquoi pas d'essayer de sortir de leur véhicule afin de voir s'ils ne peuvent pas déplacer le dit-véhicule.

Un homme au guichet de la banque a vu le propriétaire de la voiture se diriger vers elle, et n'a pas pu s'empêcher de lui vociférer des remarques virulentes, et moi je n'ai pas pu m'empêcher de lui répondre que ce n'était pas grave, que ça pouvait arriver à tout le monde.

Et je suis repartie tranquillement, et le propriétaire s'est garé un peu plus loin. Et la file de voiture en folie, a continué sa route comme si de rien n'était.

Tout ça m'a fait réfléchir ce matin, et je n'ai pas pu m'empêcher de me dire que les gens sont parfois stupides et que lorsqu'une embûche se trouve sur leur chemin, personne ne réagit efficacement, mais tout le monde suit bêtement la foule en colère sans essayer de trouver une quelconque solution.

Et malheureusement, je constate que dans la vie, tout est pareil.

Si je remplace cette petite voiture qui s'est déportée sur la route parce que son propriétaire n'a pas bien serré le frein à main, par une personne ayant subi un traumatisme par un membre de sa famille, et que cette dite personne s'est échouée sur le parcours de sa vie, et bien je constate que derrière, tout le monde klaxonne, mais personne ne réagit.

Et je ne peux m'empêcher de constater que cette personne qui était au guichet en train d'aboyer dans la direction du dit-propriétaire de la voiture, peut se comparer aussi, à une autre personne qui fait beaucoup de bruit, mais n'agit pas non plus.

En fait, tout le monde se soucie peu de cette petite voiture égarée sur la route ou de cette personne égarée sur son chemin de vie.

Mais tout le monde est d'accord pour se dire que si le propriétaire de la voiture avait bien serré le frein à main, la voiture serait bien garée sur le trottoir.

Et tout le monde est d'accord pour dire que si le tortionnaire de cette personne en souffrance avait pris soin d'elle au lieu de la blesser, tout irai bien aussi.

Mais au fond, que font tous ces gens, qui klaxonnent, râlent, s'impatientent, ou voudraient bien mettre une raclée à celui qui a commis ces erreurs.

Et bien ils continuent dans leur voie sans essayer de trouver une solution, qui permette à cette petite voiture de ne pas se faire cabosser par un autre véhicule au conducteur impatient, ou de trouver auprès du dit-tortionnaire, un chemin pour aller voir la dite personne en souffrance, pour la replacer en douceur sur son chemin de vie.

Qui peut se dire, qu'il n'a jamais commis d'erreurs ? Celui qui aboie, est-il meilleur que le propriétaire ? Est ce que les gens essaient de trouver des solutions, ou continuent-ils d'aboyer dans la même direction que la foule ? Qui a le courage d'aller vers le propriétaire de la voiture ou d'aller en direction du tortionnaire pour lui faire comprendre que sa victime est en souffrance par sa faute ?

Qui ose penser à cette petite voiture ou cette personne, qui est seule sur cette route, et qui par le biais d'une autre personne, pourrait elle aussi être mieux garée ou tout simplement, soulagée, rassurée et reprendre en douceur une meilleure route ?

J'ai fait ce pas vers ce conducteur, et j'ai fait ce pas vers cette personne en souffrance.

Car je n'ai pensé qu'à cette voiture qui risquait de se faire cabosser, et j'ai pensé à cette personne qui souffrait, et j'ai vu derrière tout un tas d'autres personnes qui ne bougeaient pas, ou qui aboyaient, mais sans chercher la vraie solution au problème quel qu'il soit...

Le conducteur est venu réparer son erreur, et le tortionnaire était prêt à demander pardon.

Et tout autour, une famille entière était prête à venir secourir cette petite âme en souffrance, et une seule personne est restée posée, à réfléchi et a osé trouver une solution pour que ce conducteur mette à l'abri sa voiture et que cette petite âme puisse retrouver une paix intérieure et une vraie famille qui l'aime et qui était prête à se remettre en question, pour elle et pour qu'elle puisse poursuivre sa route avec ou sans eux, mais tout simplement avec un pardon, qui me semble t- il mérite son écoute.

Alors autour de moi, j'ai continué de voir des gens qui aboyaient, et j'avoue que toutes ces fausses excuses que les gens ont, s'appellent surtout un gros manque de courage, ou de lucidité, ou même encore de lâcheté et on peut toujours aboyer à distance, ce n'est pas cela qui résout les problèmes.

Quelque part, il y a toujours des personnes qui aboient, et il y a peu de personnes qui osent courir des risques, prendre des responsabilités et souvent ces personnes qui bougent passent inaperçues, ou même finissent par passer elle-même pour des perturbateurs.

Quoi qu'il en soit, je ne fais pas partie de ces gens qui aboient comme tout le monde et il me semble que si je veux reprendre ma route sans cabosser cette voiture ou sans essayer de protéger cette âme qui pour moi, est quoi qu'elle en dise toujours en souffrance, je ressemblerais comme deux gouttes d'eau à tous ceux qui ne font rien, qui klaxonnent, qui râlent, mais surtout qui n'essaient pas de régler le vrai problème, sans violence, mais plutôt avec compréhension, afin que cette petite voiture et cette petite âme puissent toutes les deux s'en sortir indemne, et surtout qu'elle puissent continuer elles aussi leur chemin sans choc, mais surtout en refermant les blessures.

Rosi.

Commenter cet article