Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rosi.over-blog.com.over-blog.com

recueil de poèmes sur mes états d'âme

Violences conjugales

Publié le 14 Août 2016 par Lourenço Pereira Rosa Maria

L'affaire Jacqueline Sauvage, fait énormément parler de ce sujet gravissime de violences conjugales.

47 ans de violences conjugales, et violences sur ses trois enfants, c'est long. La pendaison de son fils l'a poussé à commettre un meurtre, celui de son mari tortionnaire.

La justice vient de refuser sa libération, Jacqueline Sauvage n'est pas acquittée.

C'est un sujet qui me trouble, et d'un point de vue personnel, je dirais que l'acte de cette femme ayant subi 47 ans de violences, et reconnue celles faites sur ses enfants, sembleraient juste, et pourrait être effectivement un geste d'auto-défense.

Mais l'on sait que malheureusement, Tuer reste un acte punissable par la loi.

Je pense d'autre part, que 47 années de violences, c'est long, et malgré tout incompréhensible pour ma part.

Je ne peux malgré tout pas condamner cette femme pour autant, car je n'ai moi-même jamais subi de violences. Donc très mal placée pour parler de ce sujet sensible.

Je condamne néanmoins toutes sortes de violences conjugales, et atteste que le fait de battre ou violenter une femme, ou ses enfants, restent pour moi un geste lâche et mériterai effectivement des sanctions, lorsqu'elles sont avérés répétitives ou malsaines.

Ce qui m'attriste le plus, c'est que cette femme ai pu rester 47 ans sans jamais porter plainte, ou jamais oser quitter son domicile conjugal. Je sais que certaines pressions faites sur les femmes ou enfants, poussent ces derniers au silence et au non-dit de peur de subir des représailles, ce que je défendrais certainement et ne condamnerais pas.

Mais en tant que mère, ce qui me choque le plus, c'est qu'elle ai pu en toute connaissance de cause, accepter cette même violence à l'égard de ses enfants, sans jamais oser aller porter plainte.

Pour moi, cette incompréhension me laisserai penser qu'elle pourrait d'un fait juridique, être aussi coupable que son mari, pour non assistance à personne en danger.

La violence que l'on peut soi-même subir, devrait ouvrir d'autant plus les yeux lorsqu' il s'agit de ses propres enfants.

A mes yeux une mère, qui laisse des années durant un acharnement violent et sexuel sur ses enfants, sans jamais réagir, reste aussi coupable que celui qui les a commis.

La peur de ces femmes ou enfants, poussent ces hommes à continuer d'exercer ce genre de comportements, et leur silence continue de gangrener ce côté malsain de l'homme, ou femme d'ailleurs car la presse n'en parle pas vraiment, mais c'est aussi valable pour le sexe opposé.

La décision de justice malheureusement me semble juste, d'un point de vue juridique et ne me choque pas, car une personne ne devrait jamais arriver à un extrême, au point du tuer une personne, aussi violente soit-elle.

Je pousse les femmes et les enfants, à avoir le courage de dénoncer ce genre d'acte lâche, violent ou pédophile et ne pas attendre ce genre de fait grave.

C'est de cette façon que peut s’éradiquer ce genre de violences. Pour soi-même, pour ses enfants, et aussi pour les autres victimes.

L'homme a cette mauvaise capacité de penser que les femmes ou enfants sont faibles, et qu'ils ne le quitteront jamais ou n'oseront jamais porter plainte, soit parce qu'ils les tyrannisent, qu'ils les menacent, de les tuer, ou d'enlever la garde des enfants à leurs mère.

Alors chacune des victimes se tait, subi, et n'ose porter plainte.

Je pousse chaque femme battues ou violées par leur mari ou conjoint, à porter plainte et demander à la justice de les protéger, si ces hommes s'en prennent à elles ou à leurs enfants.

En tant que mère, notre devoir est de protéger nos enfants, coûte que coûte, et de veiller à leur bien-être physique, donc moral également, en dénonçant ce genre d'actes, bien entendu, lorsque nous sommes au courant.

Le fait de ne pas le faire, par peur, ou par représailles, nous rend aussi coupable que celui qui commet ces actes.

A nous de dénoncer, de nous défendre légalement, de protéger nos vies, nos enfants, contre toute violences physiques et sexuelles en osant en parler, afin que ce fléau disparaisse et que les femmes et enfants soient reconnus victimes, sans pour autant en arriver à des gestes extrêmes comme le meurtre.

47 Ans de violences... cela semble vraiment très tardif, et attendre le suicide d'un de ses enfants avant d’exécuter son mari, me semble inutile, car à mes yeux, cette dame n'a pas su protéger ses enfants d'un père violent, alors qu'elle aurait du le faire bien avant...Le meurtre de son mari, n’effacera jamais les séquelles endurées aussi bien à elle qu'à ses deux filles... Paix à l'âme de leur fils et frère, et courage à elles qui maintenant doivent survivre à ce terrible passé, et présent suite à cet emprisonnement.

De mon point de vue, cette dame aurait du, fuir avec ses enfants et porter plainte, afin de les protéger, car pour moi, cela reste également punissable par la loi, aussi triste que cela puisse être.

On a toujours le choix de changer les choses, avant qu'il ne soit trop tard.

J'ai écrit ce texte non pour dénoncer cette femme, car malgré tout, je peux très bien la comprendre...mais surtout pour lancer un message pour toutes les autres victimes, femmes, enfants, ou hommes également...

Ne laissons pas la peur, faire de nous des victimes et réagissons avant qu'il ne soit trop tard.

Rosi

Commenter cet article