Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
rosi.over-blog.com.over-blog.com

recueil de poèmes sur mes états d'âme

Parce que je suis rosi

Publié le 29 Septembre 2015 par Lourenço Pereira Rosa Maria

Aussi loin que je m’en souvienne

Il y a toujours eu des gens qui ne m’ont pas aimé.

Je n’ai jamais vraiment compris leur haine

Je n’ai jamais rien fait pour le mériter.

 

Aussi loin que je m’en souvienne

Je leur ai toujours sourit

Je préférais ne pas perdre haleine

Et sourire à leur mépris.

 

Ceux qu’ils ne savaient pas

C’est que le silence était ma plus belle arme

Que le sourire faisait moins de dégâts

Et mon amour, moins de vacarme.

 

Que j’ai toujours pensé à la peine d’autrui

Défendant ce que je pensais juste

Mais il est grand temps aujourd’hui

Qu’entre eux et moi, je réajuste.

 

Alors, j’ai pris de la distance

Peu à peu avec les faux semblants

Je pense avoir cette chance

De croire que l’amour est plus puissant.

 

D’exprimer tout haut

Ceux que certains pensent tout bas

De voir que chacun de nous, a ses défauts

Et que nous ne sommes pas les seuls dans ce cas.

 

J’ai pleuré des larmes de sagesse

Pour des causes morales et humaines

Au fil des années, je cris ce qui m’oppresse

Car je pense, que ça en vaut la peine.

 

Pendant, que doucement vous vous moquez

Moi je passe mon temps à croire en l’être humain

Pendant que chacun s’occupe de me je juger

Moi, je prends les problèmes à deux mains.

 

Parce que la vie d’une personne en souffrance

D’un SDF, une personne seule, ou d’un enfant…

Mérite qu’on lui prête assistance

Tout simplement, en l’écoutant…

 

Parce que le monde, se terre dans l’impuissance

Qu’il devient personnel et passif

Que baisser les yeux, met de la distance

Devant les problèmes affectifs.

 

Alors, parce que de toute façon

Je serais toujours jugée

Je vous donne une bonne raison

De pouvoir enfin l’appliquer.

 

Parce qu’au fond, si vous me détester

Je suis en paix avec moi-même

Je n’ai pas le temps de m’y attarder

Pour moi la haine, est un blasphème.

 

Parce que je préfère de loin l’amour

Parce que je ne vous déteste pas

Parce que c’est pour eux sans détour

Que j’ai fait ce petit pas…

 

Parce que si je devais mourir demain

Je partirais la tête haute

Parce que là-haut, je leur tiendrais la main

En leur disant que ce n’était pas de leur faute.

 

Je vous ai souvent trouvé des excuses

Pour voiler les souffrances d’autrui

La douleur est une tisane qui infuse

Mais le thé, une plante qui détruit.

 

Alors je pose sur ces feuilles mes cris

Pour qu’il reste un peu de ma mémoire

Parce que je serais toujours Rosi

Et qu’en demain, je garderais toujours espoir…

Commenter cet article